Divanoo

 

"Au soir de sa vie elle me fit une confidence : le bouton érectile que j'avais tâté toutes ces années n'était pas un clitoris, mais une hémorroïde." (R.D)

 

Rémy Disdero naît à Boulogne-Billancourt en 1983. Employé dès l'âge de seize ans comme cureur, calvanier, drouineur, oignonnier, homme à tout faire. Occupe une grotte dans le Dévoluy suite à l'ablation de son nez (os ethmoïde). Rhinopoïèse. Aujourd'hui chargé de la récupération des objets dans les excréments (douane aéroportée).

 

Dernières publications :

Oaristys et autres textes, Cormor en Nuptial, 2018

L'homme au sexe usuel, Le Tripode, 2017

Considérations de l'instant (annales anales), Le Nouvel Attila, 2012

 

 

"L’écriture, comme l’excrétion, est une action libératrice. Mon écriture est constipée, tandis que mon transit intestinal se porte bien et que je fais principalement très mou. Mes proctalgies fugaces sont espacées dans le temps et n’ont rien à voir avec la qualité des selles. Une course un peu appuyée peut être déclencheur. Donc, un écrivain constipé, qui se livre peu au papier, qui ne nécessite de fait aucun buvard. Je suis même parfois ramené en arrière. Lors de mon dernier écrit, que j’ai jugé fort long, j’ai connu période de délivrance, qui n’a malheureusement pas duré. La fluidité était due je crois à certaine agilité conçue par la connaissance du sujet, d’une part, et la régularité de l’écriture, d’autre part." (R.D, conversations avec Faustin)

"Une bonne alimentation se reconnaît à ce que l'anus reste propre après exonération, lorsqu'il n'est point besoin de papier pour s'essuyer (tout comme les animaux naturels, les premiers hommes ne se souillaient pas en déféquant). Une bonne écriture se remarque lorsqu'on la couche sur le papier : ni scories, ni pâtés, ni griffons dans les marges ; nul besoin de buvard pour tamponner le feuillet." (R.D, conversations avec Faustin)

 

×